Comment parler du rhum sans d'abord évoquer la canne à sucre matière première de son élaboration ?

La canne à sucre aurait été découverte, 6000 ans avant Jésus Christ en Papouasie-Nouvelle Guinée. De là, au gré des mouvements de population, elle s'implantera en Chine et en Inde.

C'est dans le bassin de l'Indus qu'elle sera cultivée de façon intensive pour la production du sakara, sucre en Sanskrit.

                                             


Grâce aux marchands arabes, la canne à sucre continuera à voyager et à s'implanter dans le bassin méditerranéen, Madère et les Îles Canaries. Ce n'est que lors de son second voyage, en 1493, aux Iles d'Amérique que Christophe Colomb transportera des plants de canne à sucre dans le nord d'Hispañola, actuellement St Domingue. La plante va très bien s'adapter au climat Caribéen. Les conquistadors vont l'implanter sur tout le continent Sud Américain, et surtout au Brésil, 1er producteur mondial de sucre de nos jours. Ce n'est que près d'un siècle après l'implantation de la canne à sucre en Amérique que naîtra le Rhum.

Le Rhum est réputé être né à la Barbade dans la 1ère moitié du 17ème siècle. En effet, un certain Peter Blower pourchassé du Brésil à cause de ses origines Juives, s'installe à la Barbade et y introduit les techniques de production du sucre.

Il distillera les écumes et résidus de la fabrication de son sucre (la mélasse) et produira du Rhum appelé à l'époque « kill- devil » ou encore « rumbullion ». Ce n'est que vers 1654 que les anglais utiliseront le terme « Rum ».

Un autre missionnaire d'origine Portugaise, Benjamin da Costa, pourchassé lui aussi du Brésil car Protestant, s'installera à la Martinique et fera de même. On parlera de « tafia », et le mot « rhum » apparaîtra dans la célèbre encyclopédie coécrite par d'Alambert et Diderot et éditée entre 1751 et 1772.

La production de sucre deviendra très vite l'activité économique des colonies d'abord Espagnoles et par la suite Anglaises, Françaises. Cette culture hautement spéculative va connaître un succès grandissant jusqu'au milieu du 19ème siècle. La plupart des producteurs du nouveau monde produiront aussi du Rhum de mélasse, les Anglais avec les « rum », la Jamaïque et la Barbade en étant, à cette époque, les premiers producteurs au monde.

                                       

Jusqu’alors, on ne parle que de Rhum de mélasse ou de sucrerie. Ce n’et qu’au milieu des 1800 qu’apparaîtra le « rhum-habitant » qui deviendra le Rhum agricole, produit directement à partir du jus frais de canne à sucre, fraîchement broyée.

Plusieurs éléments sont à l'origine de ce phénomène.

  • La crise mondiale du sucre

  • Le développement de la production du sucre de betterave en métropole

  • La fin de l'esclavage, donc de la main d'œuvre bon marché

  • Le blocus des ports français par les Anglais

Tous ces éléments vont faire que, nombre de sucreries vont faire faillite, et celles ci vont être remplacées par quelques usines centrales auxquelles les petits planteurs vont vendre leur cannes à sucre. Certains planteurs vont préférer produire du Rhum avec le jus de leurs cannes à sucre plutôt que de les vendre à un prix peu rentable pour eux. Cette particularité n’aura cours que dans les îles Françaises, les îles Anglaises préférant importer de la mélasse pour la production de leurs Rhums.